Grand Site de la Baie de Somme : quel bilan ?

Tourisme
Lundi 12 octobre 2015




En 2011, la Baie de Somme obtenait le label Grand Site de France délivré par l’Etat. Quatre ans plus tard, Sébastien Desanlis, pilote de l'opération, dresse le bilan.

Tandis que le territoire dunkerquois travaille dur pour décrocher le label Grand Site de France, Urbislemag a enquêté du côté d’un territoire lauréat dudit label depuis 2011 : la Baie de Somme. Interview de Sébastien Desanlis, directeur de l’environnement du syndicat mixte de la Baie de Somme grand littoral picard.

En 2011, la Baie de Somme obtenait le label Grand Site de France délivré par l’Etat. Quatre ans plus tard, quel bilan en tirez-vous ?

Quand on vit au quotidien quelque part, bien souvent, on ne se rend plus compte des richesses naturelles autour de soi. En Baie de Somme, le label Grand Site a agi comme un révélateur. En reconnaissant officiellement la valeur de nos paysages, le ministère de l’Ecologie a fait de notre patrimoine naturel un bien commun et précieux. En contrepartie, les collectivités locales se sont mises d’accord sur une vision partagée de l’aménagement du territoire.

Le label Grand Site est à la fois un outil de protection et un outil d’aménagement. Au-delà d’apporter une belle image, il confère du sens : nous sommes devenus un espace naturel d’exception. Les touristes savent ce qu’ils vont trouver en venant chez nous : des sites naturels exceptionnels et préservés. Ils savent que ce côté qualitatif est incompatible avec certaines activités et certains comportements. La réserve naturelle de la baie de Somme n’est pas une plage comme les autres…


Pouvez-vous donner quelques exemples de réalisations permises par le label Grand Site ?

Nous avons un site exceptionnel, sur la pointe du Hourdel, qui attire 1 million de visiteurs chaque année. Cet afflux massif touristique menaçait l’équilibre écologique du site, notamment du fait de pratiques de stationnement inadaptées. Des aménagements de protection ont permis de réaffirmer le caractère naturel du lieu. Les parkings qui se situaient sur les dunes ont été déplacés plus loin et des dunes ont été reconstituées… Désormais plus personne ne vient en voiture sur ce site majeur. Protégé, le site a aussi gagné en qualité, grâce à des aménagements paysagers. Il est devenu encore plus attractif.

Le label Grand site a aussi permis de valoriser la partie rurale du territoire : des petits villages sont sortis de l’anonymat grâce à des parcours de découverte. Des espaces publics y ont été rénovés, ce qui a entraîné des investissements privés : des maisons ont été retapées, des chambres d’hôtes ont vu le jour… 

Le label Grand Site présente-t-il des aspects négatifs ?

Trop de gens ont l’impression que le label Grand site met sous cloche un territoire et freine son développement. Ce qui est entièrement faux. C’est un autre type de développement qui est désormais favorisé et qui va permettre de concilier activité touristique et patrimoine naturel pour le grand bonheur des deux millions de visiteurs qui découvrent le site chaque année.

 

Le 3 juin 2011, la Baie de Somme devenait le 10ème Grand Site de France, garantissant la qualité de la gestion de son territoire.

Regroupant 25 communes et 25 000 habitants, le Grand Site Baie de Somme s'étend depuis la Baie d’Authie au nord, jusqu'aux falaises d'Ault au Sud. Il compte deux sites classés au titre de la loi du 2 mai 1930 : le Marquenterre (9 000 hectares) et la pointe du Hourdel et du Cap Hornu (2 200 hectares).

L’architecture médiévale de Rue et de Saint-Valéry-sur-Somme, le bâti balnéaire des agglomérations littorales témoignent également d’une grande richesse culturelle et historique.

Les falaises d'Ault.


Ces articles peuvent aussi vous intéresser...