L'avenir des gares [2/5]

Urbanisme
Lundi 11 janvier 2016

Le projet Bordeaux Euratlantique autour de la gare Saint-Jean.




Les alentours des gares ont longtemps rimé avec bars mal famés, prostitution et hôtels premiers prix… Les temps changent. Désormais considérés comme des atouts pour le développement et l’attractivité des agglomérations, ils accueillent aussi des quartiers d’affaires. C’est justement le sujet du deuxième épisode de notre série consacrée à l’avenir des gares.

L’économie moderne, basée sur les services et les prestations intellectuelles, a développé un besoin vital de mobilité. Mondialisation et métropolisation obligent, les déplacements sont devenus monnaie courante.

A l’échelle hexagonale, quoi de mieux que le train pour assurer la connexion entre les grandes agglomérations ? Le réseau ferroviaire à grande vitesse est l’attribut incontournable de toute métropole qui se respecte : faire partie du club fermé des villes TGV constitue un enjeu majeur pour lequel les élus s’investissent sans compter.

Dans un tel contexte, les gares présentent tous les atouts pour accueillir à leurs abords immédiats des espaces dédiés à l’activité économique… Illustration de cette tendance avec deux exemples, à Bordeaux et Angoulême.

Bordeaux Euratlantique


L’arrivée de la ligne grande vitesse à Bordeaux en 2017 et le passage de 11 à 20 millions de voyageurs par an qui en découlera sont à l’origine d’un projet particulièrement ambitieux autour de la gare Saint-Jean : agrandissement de la gare, création de parkings, implantation de commerces…

Et pour attirer des activités du tertiaire supérieur – le secteur qui crée aujourd’hui le plus d’emplois –, Bordeaux mise sur la construction de 300 000 m² de bureaux à proximité immédiate de la gare. Destinés à accueillir des centres de décisions et services à valeur ajoutée aux entreprises, des banques, des assurances ou encore des entreprises du numérique, ces bureaux seront dotés de services haut de gamme tels une conciergerie, des crèches, des restaurants d’entreprises et des commerces de proximité.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site dédié au projet.

Angoulême


Egalement concernée par l’arrivée de la ligne à grande vitesse en 2017, l’agglomération de Grand Angoulême – désormais à 35 minutes de Bordeaux et 1h45 de Paris – compte bien profiter de cette opportunité pour développer un nouveau quartier d’affaires.

Quelque 10 000 m² d’activités à vocation économique et tertiaire (bureaux, espaces de rencontres économiques, services… voire un hôtel d’affaires) sortiront de terre à partir de 2017 de manière à constituer la nouvelle vitrine économique de l’agglomération, et surtout, un espace dédié aux activités culturelles, créatives, innovantes, numériques, collaboratives, technologiques, digitales…

Dans ce centre d’affaires type Business Center sont d’ores et déjà prévus : une maison de l’entreprendre réunissant l’ensemble des services locaux dédiés au développement économique local ; un espace de co-working, un créalab et un fablab ; une pépinière d’entreprises ; un hôtel d’entreprises ; sans oublier, bien sûr, des bureaux extrêmement bien situés…

Pour en savoir plus, lisez ce dossier de presse.