Tour de France des villes incomprises

Image
Mercredi 25 janvier 2017




Il a voulu voir Vesoul… et il a vu Vesoul. En 2015, Vincent Noyoux s’est lancé dans un tour de France de douze territoires incompris : Mulhouse, Guéret, Cholet, Vierzon, Vesoul, Cergy-Pontoise, Draguignan, Saint-Nazaire, Verdun, la Vallée de la Fensch, Châtel-Guyon et Maubeuge. Ce journaliste – habitué aux destinations de rêve et aux lieux de charme – a eu envie d’aller voir d’un peu plus près les « vilains canards du tourisme hexagonal », ces coins de France où, a priori, personne n’a l’idée d’aller passer un week-end. Il en a tiré un livre très original.

« J’ai commencé en janvier par Mulhouse et j’ai terminé en novembre par Maubeuge », indique Vincent Noyoux, l’auteur de ce "Tour de France des villes incomprises". Durant neuf mois, le journaliste s’est frotté à une réalité dont personne ne parle, celle de petites villes au mieux en manque d’image ou au pire, objets de clichés et de moqueries : « Je n’avais pas de but précis et pas d’a priori non plus. Je voulais voir par moi-même ce qui se passait dans ces villes et leur laisser leur chance. Je ne savais même pas si, au final, j’allais avoir assez de matière et d’anecdotes pour en faire un livre. »

A la recherche des curiosités locales

De la matière, le journaliste en a finalement eu, et pas qu’un peu. Il faut dire qu’il n’a pas ménagé sa peine, en arpentant une multitude de musées aux spécialités improbables, en inspectant les rues des centres-villes comme leurs zones périphériques, en questionnant les habitants sur les curiosités locales... Chacune des douze villes explorées se voit consacrer un chapitre.

A Guéret, Vincent Noyoux décrit des « zones commerciales de la périphérie bien achalandées, merci pour elles, elles ont sucé toute la vie du centre » ou sa rencontre avec l’arrière petit neveu de Marcel Jouhandeau, un écrivain qui tira à boulets rouges sur la petite société de Guéret. A Vesoul, sa visite guidée de l’abattoir de cochons constitue un très insolite temps fort.

Charme bancal et intestin irritable

La découverte de la vallée de la Fensch, au sud-ouest de Thionville, dans la Lorraine des hauts-fourneaux à l’arrêt, permet à l’écrivain de mettre en avant « des lieux insolites, au charme bancal, beaux malgré eux, comme la cité minière Gargan, à Hayange ». Touché, il promet d’ailleurs de revenir dans cette vallée de la Fensch « au potentiel dramatique inné ».

On rit en lisant le récit de ses aventures à Châtel-Guyon, ville thermale d’Auvergne autrefois à la mode, désormais fréquentée par des curistes âgés et dont l’économie tout entière tourne autour du « syndrome de l’intestin irritable ».

Un détour dans le sud vient à point pour prouver que sous le soleil, on trouve aussi des villes qui souffrent : suite à la perte de son statut de préfecture du Var en 1974, Draguignan est devenue une ville de garnison, la « capitale de l’artillerie ». Avec ses demeures cossues et ses hôtels particuliers, la ville fait figure de belle endormie.

Belles rencontres

L’intérêt du livre de Vincent Noyoux tient aussi aux belles rencontres et aux liens qu’il noue avec des habitants. Parmi ces rencontres marquantes, citons par exemple celle de Nordine qui travaille dans une boucherie hallal et s’avère aussi être fan de Confucius, de jazz et de fortifications Vauban. Il fera découvrir au journaliste les charmes insoupçonnés de Maubeuge. 

« Ce tour de France m’a permis de vivre toute une palette d’émotions », raconte Vincent Noyoux. « J’ai connu de grands moments d’abattement après avoir fait le tour de certains centres-villes en un quart d’heure. J’ai eu de grands moments de joie aussi, notamment aux travers de certaines rencontres comme celle du boucher de Maubeuge ou de la châtelaine de Cholet… Jamais je n’aurais visité un abattoir si je ne m’étais pas retrouvé à Vesoul. J’ai réellement appris plein de choses… ».

Donner aux gens l'envie d'aller voir ces villes

Taxé de "Parisien" par certains élus des villes qu’il a visitées, Vincent Noyoux n’en a cure : « On peut très bien parler d’un lieu sans y être né. Et ce qui me ferait plaisir, c’est qu’après avoir lu mon livre, les gens aient envie d’aller, à leur tour, découvrir ces villes ».

La phrase à retenir


« On ne juge pas seulement une ville sur la qualité de son patrimoine ou de ses espaces verts mais par une foule de ressentis liés à des détails anodins : une poubelle renversée en pleine rue, le sourire d’une passante, une mauvaise toux attrapée sur une place ventée, le pain trop sec au restaurant. »

Le "Tour de France des villes incomprises" de Vincent Noyoux est disponible aux éditions du Trésor.

L'auteur

Journaliste spécialisée dans les questions urbaines, Vanessa Delevoye est la rédactrice-en-chef d'Urbis le mag.



Partagez cet article