Vers une normalisation de la gratuité des transports

Le labo du bus gratuit
Mercredi 11 septembre 2019

Alors que les chercheurs de VIGS viennent de rendre leur étude sur les effets d'un an de gratuité des transports à Dunkerque ; Maxime Huré, président de l'association, revient sur les enjeux de ce travail de recherche inédit et atypique à plus d'un titre. Il explique pourquoi, à ses yeux, le débat scientifique va s'en trouver bouleversé et comment la gratuité devrait, dans les années qui viennent, se normaliser dans de nombreuses villes françaises.

« Quelles sont les spécificités de l'étude menée durant une année par les chercheurs de VIGS à Dunkerque ?

C’est une enquête qui a bénéficié de gros moyens humains : deux chercheurs, une chargée d’étude, une stagiaire et dix étudiants de l’IRTS (l’institut régional du travail social) de Grande-Synthe ont été mobilisés. L’étude en elle-même a duré une année mais elle s’inscrit dans le cadre d’un partenariat de trois ans avec la Communauté urbaine et l’Agence d’urbanisme. Ce sont des conditions de travail extrêmement confortables et atypiques pour les chercheurs que nous sommes, alors que de nombreuses collectivités réalisent actuellement des études sur la gratuité en 3 à 4 mois pour se positionner avant les élections municipales.


Grâce à notre présence sur place, une centaine d’habitants, d’acteurs publics, privés, associatifs et de conducteurs de bus ont été entendus au cours d'entretiens approfondis. Et 2 000 questionnaires ont été menés auprès des usagers des bus gratuits dunkerquois. La gratuité telle qu’elle a été instaurée à Dunkerque est une politique publique innovante : nous avons nous aussi dû innover pour appréhender les problématiques qui se sont présentées à nous. Aucune recherche de ce type n’avait encore été menée en France.

Cette étude va-t-elle bouleverser le débat scientifique sur la gratuité des transports ?

De nombreuses délégations sont venues découvrir le réseau de transport gratuit dunkerquois ces derniers mois.
De nombreuses délégations sont venues découvrir le réseau de transport gratuit dunkerquois ces derniers mois.

Sur les données que nous avons recueillies en matière de changement de comportement, oui, absolument. Toutes les explications qui relèvent de la symbolique vont désormais être prises en compte dans les ressorts du changement de comportement. Beaucoup de villes sont dans la situation de Dunkerque, confrontées à une hégémonie automobile écrasante, et elles peuvent désormais se dire que la gratuité est une solution.

L’exemple dunkerquois est en train de faire bouger les lignes. De nombreuses villes ont fait des annonces de gratuité totale ou partielle pour 2020 : Calais, Bruxelles, Luxembourg… Les programmes des candidats – de droite comme de gauche – aux municipales vont regorger de propositions en ce sens, ce qui veut dire que la gratuité va se normaliser dans les années qui viennent en France. On s’apprête à vivre un changement important dans les politiques publiques !

Les conclusions de l’étude sont globalement très positives ; certaines limites de la gratuité sont cependant mentionnées. Lesquelles ?

La gratuité ne va pas résoudre tous les problèmes de déplacement rencontrés par les plus précaires. Dans nos entretiens, nous avons observé des freins, notamment du côté des employeurs qui exigent à l’embauche le permis de conduire et la voiture alors que ce n’est pas forcément obligatoire pour l’emploi proposé. Il y a un gros travail à mener de ce côté-là auprès des agences d’interim, de Pôle emploi, des entreprises pour que l’injonction à posséder une voiture ne soit plus une condition pour trouver un travail.


Autre limite : elle est liée à la fréquentation du réseau. L’efficacité du réseau n’est pas la même partout dans l’agglomération et pour continuer à accroître la fréquentation dans les années qui viennent, il faudra forcément repenser le réseau là où il se montre le plus faible. Cela est remonté très fort dans les entretiens menés auprès des usagers habitant certaines communes les moins bien desservies de l’agglomération. Mais je sais que Transdev et la Communauté urbaine travaillent déjà en ce sens… »

Pour lire l'étude et la télécharger

L'étude menée par les chercheur de VIGS de septembre 2018 à septembre 2019 à Dunkerque sur les effets de la gratuité des transports en commun est disponible dans son intégralité et sous une forme plus synthétique sur le site de l'Observatoire des villes du transport gratuit.

L'auteur

Journaliste spécialisée dans les questions urbaines, Vanessa Delevoye est la rédactrice-en-chef d'Urbis le mag.