Nouveaux parcs de loisirs : la ville est leur terrain d’aventure

Tourisme
Mercredi 14 mars 2018

Baignade sur les quais de Copenhague.




Les parcs de jeu constituent un vecteur puissant d’attractivité et de création d’emplois pour les territoires. Disneyland Paris cumule ainsi deux records : celui de première destination touristique d’Europe et de plus gros employeur mono-site français, avec plus de 15 000 salariés. Face à ce mastodonte du loisir « à l’américaine », de nouveaux types de parcs, qui misent sur les sensations fortes, le goût de l’aventure et la force de l’imaginaire, tracent leur propre chemin avec succès. Leur point commun ? La ville est leur terrain de jeu de prédilection ; le décor urbain, leur source d’inspiration.

L’accro-mâts à Rochefort

Ouvert durant l’été 2016, ce parc d’aventure urbain a trouvé sa place au cœur de l’arsenal maritime classé de Rochefort, une ville de 24 000 habitants proche de La Rochelle.

Son originalité ? Proposer un parcours d’accrobranche sur un bateau, réplique exacte de la frégate Hermione. L’escalade de mât en mât, jusqu’à trente mètres de hauteur, offre en guise de récompense une vue imprenable sur la ville et l’arsenal.

Conçu par les agences Alterlab+EBLL, le projet a coûté 600 000 euros. Il a rencontré son public dès le début de son exploitation par le groupe Week’n Go : en 2017, 40 000 visiteurs ont été accueillis, soit exactement le double de ce qui était attendu.

Sur le même thème, on trouve à Montréal un parc des plus impressionnants. Petits et grands sont invités à monter à bord de deux répliques grandeur nature d'un bateau royal et d'un bateau pirate de plus de 100 pieds de long. Une centaine d’activités sécurisées sont proposées (parcours aériens, parcours d’abordage, structures gonflables, murs d’escalade…).

L’Urban ranger camp à Copenhague

Dans la zone industrialo-portuaire de Copenhague, deux anciens hangars autrefois dédiés à la construction navale ont été transformés en camp d’entraînement ludique. Avec 4 parcours et 28 activités différentes organisées sur une superficie de 7 500 m², ce parc réservé aux plus de 16 ans offre des sensations fortes assurées !

Mount Mitte à Berlin

Au beau milieu de Berlin, le parc d’aventure Mount Mitte qui jouxte la plage artificielle revisite le traditionnel parcours d’accrobranche avec originalité. Les 90 obstacles rivalisent d’inventivité : des pneus ont remplacé les troncs d’arbre, de véritables carcasses de voitures font office de ponts de singe… Pour ceux qui ont le cœur bien accroché, le skyfall (saut dans le vide) constitue le point d’orgue de la visite.

Deep solo water à Anvers

Les 16 et 17 septembre 2017, un quai d’Anvers a accueilli la première édition du Deep solo water. Ce type de compétition ludique et sportive en milieu urbain est devenu très populaire dans de nombreuses villes portuaires.

Le principe consiste à disposer un haut mur d’escalade (10 mètres de haut pour l’événement d’Anvers) au-dessus d’un plan d’eau. La compétition oppose deux grimpeurs qui doivent arriver au sommet le plus vite possible sans autre sécurité que l’eau pour amortir leur chute.

Quelque 45 000 visiteurs ont afflué le dimanche 17 septembre pour observer les finales. Une attractivité énorme au regard de la légèreté du dispositif et du coût de l’événement.

Harbour bath à Copenhague

Ce lieu de baignade en plein air est le symbole de la régénération du port dans le centre de Copenhague. Conçu par les architectes BIG+JDS, il s’intègre parfaitement au paysage urbain et maritime grâce à une terrasse en bois de 1 600 m² construite sur des pontons flottants.

L’aménagement comprend deux piscines pour les enfants, une piscine de 86 mètres de long sur 8 mètres de large ainsi qu’un bassin de plongée doté d’un plongeoir de 5 mètres de haut. Pour un coût de 520 000 euros, Copenhague s’est doté d’un lieu ludique très attractif l’été.

Un nouveau projet, actuellement en pourparlers, pourrait venir s’ajouter à l’aménagement existant : il s’agit d’un amphithéâtre couvert qui pourrait abriter des bains et des saunas ouverts durant la saison hivernale.

 

Cet article est basé sur le travail de Loïc Perouzel, étudiant en master I « Urbanisme et aménagement » (Lille I) qui, lors d'un stage professionnel à l’agence d’urbanisme de Dunkerque, a effectué des recherches sur les installations ludiques et sportives innovantes dans le cadre du projet européen Tendances.

L'auteur

Journaliste spécialisée dans les questions urbaines, Vanessa Delevoye est la rédactrice-en-chef d'Urbis le mag.

Mots clés : Tourisme  emploi  attractivité  ville  urbain  parcs, jeux  loisirs  ludique